Wednesday, 18 March 2020

Un message de remerciement à la communauté

Merci pour votre abrazo de soutien collectif.

Read in English

En ces temps difficiles, la communauté du tango s'est révélée être exactement cela: une véritable communauté.

Ici à Montréal, les activités de tango, ainsi que toutes les autres activités sociales, ont été fermées au cours des derniers jours conformément aux ordres et recommandations de distanciation sociale de notre gouvernement pour aider à ralentir la propagation du coronavirus COVID-19 qui bouleverse et prend le contrôle de nos vies. Nous ne sommes bien sûr pas seuls. D'innombrables villes du monde nous ont précédées et d'autres suivront.

Cela a eu comme résultat de mettre tous les professeurs de tango au chômage et nous sommes assez nerveux quant à notre survie financière, sans parler de nos craintes face au virus lui-même. La plupart d'entre nous ne font pas beaucoup d'argent pour commencer, donc nous ne sommes pas assis sur des mois ou même des semaines d'économies. Pour les propriétaires d'écoles de tango (comme mon partenaire et moi) qui ont un espace permanent, la situation est encore plus effrayante, car, en plus de nos dépenses personnelles de vie et de logement, nous devons continuer à payer notre loyer et nos dépenses commercials chaque mois.

Il y a des gens qui pensent que notre travail n'est qu'un passe-temps amusant pour nous. En effet, nous avons la chance de nous consacrer à plein temps à notre grande passion et notre travail est souvent très amusant. Je peux danser et socialiser tous les jours et j'adore enseigner, faire DJ et organiser des milongas. Mais je travaille tous les week-ends et la plupart des soirs, le travail physique constant signifie que je lutte toujours contre une blessure ou une autre et puis il y a toutes les parties du travail qui sont moins séduisantes et amusantes: les finances, la saisie de données, la constante marketing et publicité, vérification continue et réponse aux e-mails et messages téléphoniques, planification d'horaires, gestion de l'équilibre (et la compatibilité!) des partenaires dans les classes, maintien de l'espace propre, stocké et en bon état et la liste continue. C'est un travail après tout et même le meilleur travail au monde est plus que du plaisir et des jeux. Il y a des moments où mon partenaire et moi pensons que les gens ne savent pas à quel point nous travaillons dur, combien d'heures non rémunérées nous consacrons et à quel point il est financièrement difficile de gérer une école. Mais, en fait, beaucoup de gens ont une idée. Certains étudiants nous remercient et expriment régulièrement leur appréciation ou leur reconnaissance et certains le disent simplement en faisant un effort conscient et continu pour soutenir et assister à nos cours et activités.

Et maintenant, quand nous avons le plus besoin de leur soutien, quand nous n'avons aucune idée du nombre de semaines ou de mois que nous aurons à endurer, nous sommes époustouflés par combien la communauté montre qu'elle s'inquiète pour nous, nous apprécie et veut nous soutenir. Le « nous » auquel je fais référence s'étend maintenant au-delà de moi, mon partenaire et mon école, à tous les professeurs et écoles de tango, parce que nous sommes unis dans notre lutte et nous nous sommes en fait tendus la main pour obtenir un soutien moral et des conseils.

Les danseurs ont envoyé tellement de messages de soutien, ont pris des leçons prépayées à suivre « après l'apocalypse », ont fait des dons et se sont rassemblés pour encourager les autres à faire des dons aux écoles afin que nous puissions survivre à cette période de chômage et de fermeture d'entreprises. Qu'il soit petit ou grand, chaque don a propulsé MonTango, notre école, vers une période de survie plus longue, mais plus que cela, chacun nous a laissé sentir aimé, soutenu et incroyablement reconnaissant.

Il y a six jours (cela semble déjà beaucoup plus long), alors qu'il n'y avait encore que quelques cas de COVID-19 dans notre ville et que le gouvernement n'avait pas encore adopté de mesures d'urgence, nous avons lancé un message disant que nous n'étions pas prêts à suspendre nos activités mais suivrions de près les directives du gouvernement et apporterait les modifications nécessaires. Le lendemain, alors que le nombre de cas augmentait et que de grands événements étaient annulés un par un, nous envoyions un nouveau message annonçant que nous fermions nos portes après tout, avec effet immédiat. Dans l'intervalle, de nombreux danseurs et étudiants ont envoyé des messages de soutien, d'encouragement et de compréhension, indiquant clairement qu'ils pouvaient voir notre dilemme et respectaient notre décision de rester ouvert, mais il y avait aussi quelques-uns qui n'étaient pas si gentils, qui nous ont publiquement condamnés et d'autres comme nous pour être si égoïstes au point de s'inquiéter de banalités comme la faillite ou de nourrir nos familles. Lorsque nous avons lu ces messages, nous nous sommes sentis blessés et insultés et avons cessé de ressentir l'amour pendant une courte période, mais comme toujours, nous avons vite vu à quel point les gens gentils et généreux étaient plus nombreux que ceux qui portent des jugements. Quoi qu'il en soit, dans les 24 heures, nous avions décidé de fermer de toutes façons et, dans encore 24 heures, des entreprises comme la nôtre n'avaient plus le choix que de fermer leurs portes.

À travers tout cela, dans l'ensemble, les danseurs de tango qui nous entourent se sont montrés chaleureux, attentionnés et pleins d'esprit communautaire, nous laissant humbles et remplis d'espoir. Et tout cela pendant que vous vivez vos propres peurs et défis à cause de cette épidémie.

Je vous remercie, ma merveilleuse communauté de tango, pour le câlin énorme que vous avez collectivement offert à vos professeurs et organisateurs et j'espère qu'il ne faudra pas trop de temps avant que je puisse à nouveau partager de vrais abrazos avec vous.

Restez en bonne santé en attendant.

No comments:

Post a comment